Le Fort de Domont avait organisé un brûlage sous ventilé dans une salle que je n’avais jamais pratiquée jusqu’alors, et je vois à la tête des formateurs qu’ils ne sont pas fous de joie à l’idée de me laisser monter avec eux sans ARI (j’y reviendrai plus tard, mais quand on est comme moi, « photographe vieille école » qui regarde dans son viseur, le masque oblique de l’ARI, c’est juste galère). Nous trouvons un compromis: je les accompagne lors de la montée en puissance et le formateur resté en retrait me dira quand sortir.

Après la phase « on y voit rien, y a trop de fumée » subitement, le feu dévore les fumées noires qui opacifiaient la pièce. C’est mauvais signe pour un pompier, mais pour moi c’est idéal: dans le couloir qui mène au feu un formateur montre aux stagiaires le plafond de gaz de pyrolise qui s’abaisse tandis qu’au premier plan, le binôme de pompiers présent par sécurité est éclairé par le second formateur en retrait. Je cliche au 14mm en en mise au point manuelle.

EXIF | Appareil photo: Canon EOS 5D Mark III | Prise de vue: 03/07/2016 | Copyright: Sandra Chenu Godefroy - Photographe d'action | ISO: 6400 | Vitesse d'obturation: 1/30s |

VOIR + Reportage photo sur le stage du SDIS 63 au Fort de Domont