Pour leur permettre d’approcher ce feu, le stagiaire devait, sur ordre du formateur, lâcher de bref jets d’eau diffusés pour faire barrage aux vagues de chaleurs intense qui irradiaient. Pour éviter de produire de trop grandes quantités de vapeur, les sapeurs-pompiers procèdent par impulsions d’une fraction de secondes… ce qui est loin de me faciliter la tâche: je shoote au 1/30s au vu de la faible luminosité.
Il n’est déjà pas forcément aisé d’avoir des images nettes à cette vitesse, d’autant que l’ouverture soudaine de la lance créée une impulsion qui fait bouger son porteur. Mais en plus, je n’ai aucun moyen de savoir quel sera le délai entre la consigne et le geste du stagiaire, alors je n’ai pas d’autre choix que d’être dans la réaction, sans perdre de temps, puisque les pulsing ne durent pas ! Un bon travail des réflexes, qui aboutira au final à cette belle photo de rosace en superposition sur le brasier.

EXIF | Ouverture: ƒ/4 | Appareil photo: Canon EOS 5D Mark II | Prise de vue: 13/04/2016 | Copyright: Sandra Chenu Godefroy - Photographe d'action | Focale: 24mm | ISO: 3200 | Vitesse d'obturation: 1/30s |

VOIR + Reportage photo sur la formation incendie des pompiers québécois du CNDF