Archives du mot-clé SDIS 13 Bouches-du-Rhône

Binôme de pompiers devant les flammes [Ref:2410-13-0390]

Binôme de pompiers devant les flammes [Ref:2410-13-0390]
Des flammes partout, cet air qui manque et estompe tous les bruits et au niveau de la ligne d’arrêt le front de flamme qui change de sens, mettant en difficulté un véhicule. Un moment tellement intense qu’il en devient presque irréel.

EXIF // Ouverture: ƒ/3.5 // Appareil photo: NIKON D700 // Prise de vue: 25/07/2010 // Copyright: Sandra Chenu Godefroy // Focale: 24mm // ISO: 3200 // Vitesse d'obturation: 1/40s //


VOIR + Reportage photo sur le feu de foret de l’étang de Berre

Binôme de sapeurs-pompiers à la LDV sur le feu de Carry (Ref: 2410-13-0218)

Au plus près des flammes… les photos sur l’incendie de Carry

Binôme de sapeurs-pompiers à la LDV sur le feu de Carry (Ref: 2410-13-0218)
25 juillet 2010, 01h09, Carry-le-Rouet, binôme de sapeurs-pompiers à la lance (Ref: 2410-13-0218)

EXIF // Ouverture: ƒ/2.8 // Appareil photo: NIKON D700 // Prise de vue: 25/07/2010 // Copyright: Sandra Chenu Godefroy // Focale: 14mm // ISO: 3200 // Vitesse d'obturation: 1/13s //

Je reviens encore sur ce reportage pour aborder les différentes problématiques auxquelles j’ai été confrontées lors de la prise de vue, que je rassemblerai selon cet ordre: la protection du matériel/ les difficultés de prise de vue/ et la sécurisation de votre photographe bien aimée. Concernant le dernier point, j’ai déjà dit le plus important dans mon précédent post, ne pas être isolée m’a permis quelques prises de risques que je ne me serai peut-être pas permises seule) mais sur les deux autres thèmes il y a, à mon sens, beaucoup à dire.<

Au sujet de la protection du matériel déjà, l'appareil à été contraint de supporter la fumée et les projections de braises venant des flammes et surtout les retombées d'eau polluée des lances. Dans un tel cas, j'étais bien contente que le Nikon D700 soit un boitier tropicalisé, et pour ce qui est des optiques, comme j’ai investi quelques euros dans une serviette microfibre (moins de 10 euros dans votre magasin de sport préféré) coupée en 4 pour avoir de petits torchons en tissu chamois très absorbants que je conserve partout, quand ma lentille était trop maculée de projections, un petit coup de chiffon me permettait d’obtenir une relative « propreté », bien suffisante pour faire des images!

Pour ce qui est des paramètres de prise de vue, je me suis rapidement fait une raison, vu le peu de lumière, et le type de sujet, je n’étais pas encore sortie de la voiture que mon boitier était déjà paramétré en mode Manuel (au format RAW), à ISO 3200 et F/2,8 mes premières images me permettront de déterminer une vitesse correcte comprise entre 1/10s et 1/60s selon les sujets, et je mettrai à profit tous mes trajets pour « pré-régler » l’appareil en anticipant les conditions que j’allais avoir à mon arrivée… Restait la mise au point, selon les conditions l’autofocus du Nikon aidé par la micro lampe LED qui me permettait de voir où je mettais les pieds donnait des résultats plutôt bons, en cas d’échec, vu la longueur focale à laquelle j’étais, je passais en mode MAP manuel, (sans rien voir de mon réglage dans le noir) en tournant ma bague de MAP à fond vers l’infini avant de revenir de 5 mm environ pour obtenir un « net » à environ 1m20 (ce qui était la distance moyenne de mes sujets)

Concernant cette image par exemple, j’étais à 14mm|Mode M|ISO3200|F/2,8|1/13s, en voyant le chef d’agrès venir donner ses instructions au binôme j’ai voulu profiter de la lumière de sa frontale éclairant le groupe et choisi de dynamiser la scène en me positionnant en contre-plongée et en clichant au jugé l’appareil quasiment posé au sol.


Incendie de l’étang de Berre: Binôme de pompiers sur le front de flammes

Binôme de sapeurs-pompiers sur le front de flammes de Carry (Ref: 2410-13-0390) par Sandra Chenu Godefroy
25 juillet 2010, 02h30, Incendie de Chateauneuf-les-martigues, front de flammes à Sausset-les-pins (Ref: 2410-13-0390) Nikon D700/14-24@24mm Mode M (RAW) ISO3200 F/3,5 1/40s

Alors que l’odeur âcre de la fumée n’est pas encore partie de mes vêtements et que l’eau de nettoyage de mon matériel photo est toujours grise (après 3 lavages!), il me semblait important de revenir sur mon reportage dans les bouches de rhône en compagnie de Greg DOYE et Laurent MARECAUX… et sur les photos prises lors de l’incendie de l’étang de Berre (Chateauneuf-les-martigues, 900 hectares de forêt détruits, renforts du BMPM, du Gard, du Var et du Vaucluse).

Premier feu de forêt en ce qui me concerne, et contrairement à mes acolytes, je n’avais aucune espèce de formation pompier et encore moins « feu de forêt »… je n’ai donc pu compter que sur un minimum de bon sens, un peu de pratique de situations dégradées et surtout: sur Greg. A la fois pompier volontaire, basé dans la région et surtout photographe, Greg s’est révélé être en plus d’un chauffeur exceptionnel (!) un fixeur hors pair, qui nous a conduits sur les endroits les plus actifs, et qui a joué les anges gardiens! Et connaissant mon sens inné de l’obéissance, ça n’a pas loupé, il m’a passé un savon monumental parce que je m’étais trop éloignée de lui sur le camping de Carry!

Il n’est pas très glorieux de raconter ces coups de gueule lors de reportages a plusieurs, la règle voulant qu’une fois le problème énoncé; il est traité et oublié, mais la petite expérience que j’ai de ces moments me fait être totalement convaincue de l’importance de dire tout de suite ce qui ne va pas… ce que souvent les gens n’osent pas faire… alors conseil du jour, bonjour: en reportage il n’y a jamais de moment propice, le premier sera donc le bon, attendre, c’est prendre des risques, et laisser les problèmes se dégrader…