Sony RX100 le compact "Pro" de Sandra Chenu Godefroy

Un RX100 compact et qualitatif

De temps en temps je reçois des mails me demandant ce que j’utilise comme matériel, le pourquoi, le comment… Ca fait quelques temps que je n’avais pas écrit d’article « matos » sur le blog, et le moins qu’on puisse dire, c’est que de l’eau est passée sous les ponts depuis. Alors me revoici, motivée comme jamais, pour vous présenter au fur et à mesure, tout le bazar qui est contenu dans mon sac photo !

Pour commencer, LE RX100, cet « autre » appareil que j’ai mis beaucoup de temps à choisir et qui correspondait à un besoin plutôt compliqué: avoir un appareil suffisamment petit et qualitatif pour l’avoir toujours avec moi « au cas où », pour aller sous l’eau et même pour le faire voler !
.

Plongeur de l'EODMU 8 capelant sont recycleur [Ref:4316-14-0779]

Plongeur de l’EODMU 8 capelant sont recycleur [Ref:4316-14-0779]

Commençons par la photo ci-dessus. Vous pouvez la retrouver dans ma banque d’images professionnelle, dans le reportage réalisé l’année dernière sur l’exercice de guerre des mines Cutaway. Et vous pouvez la regarder de plus près.

Rien ne la différencie des 14 autres photos en libre accès de ce reportage.

Rien si ce n’est qu’elle n’a pas été prise avec un de mes reflex Canon, mais avec un compact. Et c’était là ma première difficulté dans le choix d’un appareil compact, avoir des images suffisamment qualitatives, en terme de définition, mais aussi en terme de dynamique du capteur et d’ouverture, pour qu’elles puissent être insérées au sein de reportages réalisés au reflex sans que la différence de qualité ne saute aux yeux.

Et pour ça, je voulais un appareil de plus de 14Mpix: j’ai travaillé des années avec un D700 à 14Mpix et encore aujourd’hui, je vends des photos réalisées avec cet appareil, donc à cette définition, sans qu’aucun de mes clients ne se plaignent.

Mais le nombre de pixel ne fait pas la qualité: il me fallait absolument un compact capable de photographier en RAW, pour me permettre de post-traiter mes images, de récupérer les blancs et les noirs, de modifier la balance des blancs auto.

Une fois ces minimums atteints il ne me restait plus que le choix de la marque: j’avais été Nikon, je suis Canon aujourd’hui et pourtant, j’ai choisi ce Sony. Il y a à cela 2 raisons:

La première c’est Michel Blondeau, un photographe de portraits et de natures mortes que j’ai la chance d’avoir pour collègue et ami. En tant que photographe de studio, il est très exigeant sur la qualité de ses photos et de ses matériels… et il avait porté son choix sur un RX100 pour ses photos quotidiennes.

La seconde, c’est le Salon de la plongée: comme chaque année, je flânais du coté des revendeurs de matériel pour la plongée photo. J’avais découvert en vrai les énooormes caissons faits pour le 5D et j’avais du me rendre à l’évidence que pour faire mes reportages photos: ça n’était pas du tout adapté ! Ce qui n’a pas arrêté le revendeur qui m’a parlé du RX100, de sa grande qualité en photo sous-marine, et des multiples modèles de caisson disponibles… et pourquoi pas ?

Alors bien sûr je suis allée aussi chercher sur internet, consulter des comparatifs, regarder des fichiers HD et des photos imprimées… et j’ai fini par acheter un RX100 mk3! Et après plusieurs mois de pratique je ne regrette pas ce choix: je ne fais peut être que 0,5 ou 1% de mes photos avec, mais il m’a ouvert la possibilité de photographier dans la boue, sous l’eau sans me soucier des éléments !

Details:
Sandra Chenu Godefroy
20/02/17
Categories:
Blog
Tags:

Twitter _SCG