Je garde toujours un souvenir particulièrement ému de cette lumière bleue crépusculaire qui baignait l’archipel de Svalbard quand j’y suis allée en reportage sur les hélicoptères de secours de Sysselmannen. Je n’ai pas oublié pour autant le cauchemar qu’elle a été pour réaliser des photos sur place. Sans rentrer dans les détails techniques à chaque fois que j’ai voulu le photographier ou post-traiter mes clichés pour le faire ressortir, il m’a fallu admettre qu’il était impossible de rendre visuellement ce que mes yeux avaient vu.

Dans le cas précis de cette photo, le phare de l’hélicoptère et la quantité de neige projetée par le souffle de l’appareil ont permis de montrer le secouriste dans l’un des moments les plus éprouvants de son métier: quand il balise la zone de poser de l’hélicoptère et que l’hélicoptère y atterrit. Ces poignées de secondes qui m’ont été franchement insupportables en tant que photographe (quand bien même j’en étais bien plus éloignée donc nettement moins soumise) quand j’observais dans mon viseur le rescue-man luttant contre le souffle rotor, le visage assailli par les multitudes de particules de glace projetées, continuant de surveiller le bon déroulement du posé de l’hélicoptère et d’indiquer par radio aux pilotes, éblouis par le nuage de neige qu’ils soulèvent, la distance leur restant pour toucher le sol couvert de neige.

EXIF | Ouverture: ƒ/4.5 | Appareil photo: NIKON D700 | Prise de vue: 15/02/2012 | Copyright: Sandra Chenu Godefroy | Correction d'exposition: -2/6EV | Focale: 70mm | ISO: 1000 | Vitesse d'obturation: 1/80s |

VOIR + Reportage photo sur les moyens de Search & Rescue disponibles au pôle nord