EXIF | Ouverture: ƒ/11 | Appareil photo: NIKON D2Xs | Prise de vue: 27/02/2008 | Copyright: Sandra Chenu Godefroy | Focale: 31mm | ISO: 400 | Vitesse d'obturation: 1/250s |


Je n’aime pas courir, et pourtant: je cours… Quelle logique absolue me direz-vous. Suis-je masochiste pour autant? je ne crois pas… Pour quelles raisons alors suis-je injoignable entre midi et deux du lundi au vendredi -quand bien même je ne suis pas en reportage-?

La raison est simple, c’est le sport. J’ai toujours été « sportive » mais, à mon grand regret mes sports de prédilection ne se pratiquent pas à Paris… Il n’en reste pas moins que pour être apte à faire mon métier, apte à suivre mes sujets de reportages dans un contexte « actif », je suis obligée de m’entretenir un minimum. Et courir fait partie de cet entretien nécessaire (au même titre que de la boxe anglaise, un peu de musculation et du fractionné).

J’ai pris conscience -dans la souffrance- de cet état de fait lors de ce reportage sur une formation à la protection de personnes du GIGN. Je devais dans ce cadre suivre des commandos para qui après une corde lisse, prenaient en charge des autorités à évacuer, les conduisaient à un point d’extraction, puis les escortaient à l’hélicoptère… Le tout au pas de course, bien sûr!

Pour réaliser des images de ces hommes dans l’action, j’ai du courir pendant une trentaine de minutes -qui m’ont semblé des heures- pour ne pas être distancée et faire des photos au grand angle: au plus près, au plus vrai… Chargée de deux boitiers et de mon sac de reportage, je me rappelle être arrivée hors d’haleine à l’hélico, incapable de faire le moindre pas de plus. Je me rappelle aussi les félicitations du capitaine qui m’avait mandatée pour suivre la manip’: il avait été inquiet -de me voir hachée menue par les pales de l’hélico- mais impressionnée que j’ai suivi. Je ne lui confesserai jamais que j’avais retenu une soudaine envie de vomir pendant ses compliments, mais je tirai les enseignements de l’expérience: Pendant ma période gendarmerie je me suis mise au footing puis au cardio à roller et aujourd’hui, j’ai bloqué le créneau midi-2 pour mon entretien physique… alors si vous croisez une minette en short quelquepart entre Asnières et Levallois, dites-vous bien que ça peut être une photographe qui travaille!

VOIR + Reportage photo Exercice de synthèse du stage TEASS